mardi 16 novembre 2021

::: REGARDS CROISÉS SUR LA FORÊT LOTOISE, DU PEINTRE AU FORESTIER :::

Mercredi 17 novembre 2021 à 20h30 au Chai (auberge de jeunesse - Cahors), l’association Juin Jardins, le Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du Grand Quercy et l'association Cœur de Forêt proposent une conférence originale alliant art et culture scientifique autour de l'exposition VERS LES LUEURS de Bastien Lemaître, au Chai (auberge de jeunesse - Cahors) jusqu'au 16 décembre. Un regard croisé sur la forêt lotoise, du peintre au forestier.

Forêt de Boissière, Lot 2021 (gouache) - Bastien Lemaître

A travers l'exposition VERS LES LUEURS de Bastien Lemaître, consacrée à l’arbre, la forêt et la nature observés minutieusement pendant ses longues marches au temps du confinement, de nombreux paysages du Lot apparaissent. L'association Juin jardins a proposé au forestier Frantz Veille d'observer le travail de l'artiste et d'analyser ce qu'il voit de la forêt. 

Contrairement au scientifique, l'artiste, en l'absence de connaissances approfondies de l'écosystème forestier, de son fonctionnement et de ses finalités, attend sans le savoir le punctum* qui va l’inspirer, ce hasard, ce détail, cette lumière, ces formes étranges qui surgissent, séduisent, fascinent, inquiètent et à partir desquels il élabore sa peinture. Son point de vue est à l'écart des considérations scientifiques mais il conduit nécessairement le scientifique vers le studium*, l’observation, l’étude et l’application à reconnaître l’état de la forêt.

Cet arbre sans feuilles, recouvert de lierre, est-il mort, vraiment ? Le forestier peut apporter des éléments : le lierre n'est pas en fleur, il n'est pas monté en haut des branches, il y a par conséquent de fortes chances que l'arbre soit encore en vie. Allons plus loin, qu'est-ce qui fait que le lierre nous donne un indice sur l'état de l'arbre ? Son développement sur le houppier, dépendant de la lumière. Cette même lumière qui est un élément prépondérant du travail de Bastien Lemaître, est aussi un phénomène important à doser par le sylviculteur tout au long de la vie d'un peuplement !

Pour autant, cette conférence n'est pas une lecture de tableaux. Il s'agira pour le forestier de raconter l’état de l’arbre, de la forêt, de la nature en observant, à l’endroit du peintre, cette représentation parlante. Et quoiqu’il en soit, ce double regard – artistique et scientifique – réunit l’artiste et le forestier dans la même affection, considération et préoccupation pour la forêt.

* Roland Barthes, dans “La chambre claire”     






  

samedi 13 novembre 2021

::: WORK IN PROGRESS VERS LES LUEURS DE BASTIEN LEMAÎTRE :::

 Petit film court autour de l'exposition VERS LES LUEURS de Bastien Maxence Lemaître, en cours au Chai (auberge de jeunesse - Cahors) jusqu'au 16 décembre prochain. Ouverture de l'exposition du lundi au vendredi de 15h à 20h et les weekend de 15h à 19h. Une exposition @cahorsjuinjardins. > WIP Alain Astruc





mercredi 3 novembre 2021

::: OSER CROQUER LE PAYSAGE AVEC MAEVA BARRIERE :::

 Après Denise Bresciani  invitée à créer une œuvre dégustative au Jardin Bourian (Dégagnac - Cahors Juin Jardins 2021), c'est au tour de Maeva Barrière, artiste art & aliment, d'intervenir avec les habitants du quartier de Sainte Valérie à Cahors. Le projet consiste à créer une œuvre d'art comestible, de la présenter au public et de la déguster avec les habitants participants au projet dans le cadre de l'inauguration de l'exposition de peintures VERS LES LUEURS de Bastien Lemaître au Chai (auberge de jeunesse à Cahors). Un projet multi partenarial autour du bien manger et de l'art.

Les Jardins du Coeur, l'atelier cuisine de l'Espace social et citoyen de la Croix de Fer, Maeva et les habitants participants
Depuis le mois de septembre, Maeva Barrière, artiste art & aliment prépare avec les habitants du quartier de Sainte-Valérie et des autres quartiers de Cahors, un paysage à croquer, œuvre d'art comestible élaborée après plusieurs ateliers créatifs de sensibilisation à l'art et à l'aliment; à la mémoire et à l'origine du goût, à la nature et aux plantes sauvages comestibles, au bien manger. Maeva Barrière n'est pas une inconnue à Cahors. Elle avait déjà été invitée en résidence dans le cadre du festival Lot Of Saveurs, pour créer un buffet d'inauguration tel une oeuvre d'art à l'occasion du festival. Les habitants du quartier de Terre-Rouge et plusieurs partenaires dont le réseau d'insertion RERTR et l'Espace social et citoyen de Terre-Rouge ont participé au projet. Un challenge que les cuisinières avaient adoré et fièrement mené. 

I-Langue: Installation comestible et sonore au sol / Maeva Barrière - Maison des Arts, Bages d’Aude, Juin 2017

Le projet Oser Croquer le Paysage renoue avec le principe de création d'une oeuvre d'art comestible doublée d'une préoccupation liée au bien manger, à la production locale et biologique et à la santé environnementale. Piloté par le Pôle d'équilibre territorial et rural du Grand Quercy, le projet mobilise de nombreux partenaires, dont l'association Juin Jardins chargée de la direction artistique. Il s'inscrit dans le cadre de la revitalisation du Quartier de Sainte-Valérie à Cahors. Les Espaces sociaux et citoyens de Cahors ont mobilisé les participants des quartiers et Les Jardins du Coeur ont fourni les végétaux. La chef de Lilibowl et son équipe sont de la partie pour la création des mises en bouches et Maeva orchestre au fil de ses inspirations. Sensibilisation par la danse en passant par le cinéma et le Eat Art avec Maeva et les préadolescents du quartier de Sainte-Valérie, balade en forêt pour récolter les plantes sauvages comestibles avec la botaniste Clothilde Ferragut, transformations expérimentales des aliments en ateliers avec les habitants, goûters test, élaboration de la scénographie in situ dans le jardin du Chai (auberge de jeunesse), dressage et ornementation des mets... Tout s'articule pour que le paysage à croquer s'anime et se déguste à l'occasion d'une performance. Elle se fera dans le cadre de l'inauguration de l'exposition de peintures VERS LES LUEURS de Bastien Lemaître au Chai, sur le thème de l'arbre, la forêt et la nature, vendredi 5 novembre à partir de 19h.

Cette action est inscrite dans le troisième Plan Régional Santé Environnement - PRSE - Occitanie, pilotée par le Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Grand Quercy, en partenariat avec l'association Juin Jardins et dans le cadre de la revitalisation du quartier de Sainte Valérie


jeudi 28 octobre 2021

::: VERS LES LUEURS - EXPOSITION BASTIEN LEMAÎTRE :::

 

Dans le cadre de ses actions menées tout au long de l’année, l’association Juin Jardins organise plusieurs expositions au Chai (auberge de jeunesse). Du 1er au 30 novembre, elle accueille l’artiste peintre et plasticien Bastien Lemaître qui présentera toiles et dessins ainsi qu’une installation sensitive et immersive, autour de l’arbre, la forêt et la lumière. Tout au long du mois de novembre, performances, conférence, yoga, médiation, cinéma, ateliers, accompagneront l’exposition.

       


Contemplatif et passionné par l’espace qui nous entoure, même à des années-lumière, Bastien Lemaître poursuit une recherche et une démarche artistique soucieuses du monde à venir, de la nature et du vivant, accordant peu de place à l’humain, sinon les traces de son impact sur le paysage.
Artiste protéiforme et autodidacte, Bastien Lemaître propose au Chai un ensemble de toiles représentant la nature, plus particulièrement la forêt et l’arbre, observés au fil de ses promenades dans le Lot, aux heures de sorties autorisées pendant les confinements. Il est question de formes, de volumes et de lumières. Il est question du temps, de la durée, de l’immersion. Sa pratique picturale s’apparente à la peinture hyperréaliste, empruntant la lumière aux impressionnistes, le clair-obscur aux peintres réalistes américains et le réalisme magique aux surréalistes.
Par sa peinture, Bastien Lemaître chemine du réel au sur réel en travaillant la lumière et les lueurs selon l’heure du jour et la saison. Ses forêts semblent habitées et c’est l’invisible que l’on devine. Arbres et éléments de la nature dégagent une force et une énergie soutenues. Peu importe les références, peu importe la technique, la toile ou le papier, l’huile ou l’acrylique, il extrait la lumière de son sujet pour mieux le transcender. Le propos simple en apparence révèle sa complexité par cette lumière si spécifique qui transforme la réalité et l’enchante. Le point de vue de l’artiste est inattendu,
décalé, parfois perturbant et trouble le regardeur. La nature devient alors étrange. Face à la toile, il faut trouver la bonne distance. Trop loin, la lumière s’éclipse, trop prêt le détail révèle la technique et la magie s’estompe.
Depuis maintenant quelques années, Bastien Lemaître développe également une création proche de l’art in situ, à partir de matériaux locaux et naturels. Dans le cadre du projet d’expérimentation culturelle Faire art de tout bois, mené avec le Parc naturel régional des Causses du Quercy en 2019, il propose de créer avec les habitants du village de Belfort-du-Quercy, un « arbre monde » dont les racines et les branches en bois flotté s’étirent et se transforment en objet manufacturé du patrimoine. L’effet est saisissant et évoquent les usages que l’on fait de la nature, du bois, en bien ou en mal. Bastien Lemaître accompagne son exposition d’une installation en bois local où il est question de rappeler le cycle de la vie.

LES RENDEZ-VOUS AUTOUR DE L’EXPOSITION :

Vendredi 5 novembre au Chai à partir de 18h30 : Inauguration de l’exposition VERS LES LUEURS de Bastien Lemaître, suivie à partir de 19h de la performance OSER CROQUER LE PAYSAGE de l’artiste Maeva Barrière > projet de sensibilisation à la santé environnementale autour d’une oeuvre participative et dégustative porté par le PETR Grand Quercy, dans le cadre du Programme Régional de Santé Environnementale (PRSE3) et l’association JUIN JARDINS.
Samedi 6 novembre à 17h30 au Chai (sur inscription à cahorsjuinjardins@hotmail.fr) : Yoga Sankara et méditation autour de l'arbre et la forêt
Jeudi 11 novembre à 18h30, cinéma Le Grand Palais, soirée cinéma : "La graine, les particules et la lune", de Dune Dupuy, dans le cadre des Jeudis de Ciné +. Plus d'infos, ici 
Mercredi 17 novembre à 15h au Chai, Atelier dessin terre & bois, mené par Bastien Lemaître. Limité à 15 personnes à partir de 8 ans (sur inscription à cahorsjuinjardins@hotmail.fr)
Mercredi 17 novembre à 20h30 au Chai (salle de conférence), conférence : "Regards sur la forêt lotoise, du peintre au forestier", en partenariat avec le PETR du Grand Quercy et l'association Coeur de forêt. Plus d'infos: ici

mercredi 23 juin 2021

::: Dans la forêt du Musée Sentimental, Sésame chante pour les étoiles :::

 Maryse Vaugarny n’hésite pas à donner de sa personne pour faire vivre les personnages imaginaires qui séjournent dans son petit Musée Sentimental de la rue du Château du Roi à Cahors. Ce lieu est sa fabrique à habiter le monde ailleurs. Sésame, l'enfant sauvage qui s'est invité au musée cette année, vit dans une forêt abri. Une petite merveille de poésie à découvrir en petit comité et sur réservation au 06 78 23 90 82 jusqu'au 8 juillet.


Dans son petit Musée Sentimental, Maryse Vaugarny construit des univers parallèles.  Elle participe chaque année au festival Cahors Juin Jardins en créant des installations intérieures, accumulation d'objets divers glanés au coup de cœur et sans intention, principalement des poupées, qui animent son bric à brac tout en poésie et messages subliminaux. Le végétal est présent bien sûr et croit sans limites dans cette grotte qui s'enfonce dans la fraicheur des caves du Cahors médiéval. 

Cette année, Maryse Vaugarny a inventé-invité Sésame. "Je me suis raconté une histoire, explique-t-elle. Tout ce que j'ai glané m'a servie. Mon petit Sésame m'a pris par la main pour construire son abri."

Car Sésame est un personne enfant, sauvage, heureux, relié aux éléments, chantant pour les étoiles. Il nettoie les fougères qui lui serviront de matelas et n'a peur de rien. Il a choisi de se retirer du monde mais sait comment libérer le coeur des hommes qui lui rendent visite.  Avec lui, un ami corbeau qu'il a apprivoisé. "J'ai choisi un personne enfant parce que je savais qu'il allait interroger les adultes que nous sommes, sur notre capacité à aller loin dans la forêt sans avoir peur et à dormir sous les étoiles" précise Maryse Vaugarny.

L'odeur des fougères, la fraicheur de la forêt, la présence de l'eau... Tout est là pour que l’espace s’étende et l’imaginaire s’agrandisse.  

Sésame le sauvage - Musée Sentimental - 112 rue du Château du Roi

jeudi 3 juin 2021

::: FAIRE ART DE TOUT BOIS : THIERRY TENEUL A CAILLAC :::


Invité de la 16e édition du festival Cahors Juin Jardins dans le cadre du projet Faire Art de Tout Bois* et du parcours des Jardins paysage, Thierry Teneul a créé un "Kiosque" végétal à Caillac, au bord du lac de La Vergne, mi abri mi tripode évoquant les sauriens d'un autre temps.


@Thierry Teneul - Kiosque - Faire Art de Tout Bois 2021

Le travail de Thierry Teneul s’inscrit dans une relation intense avec la nature et le végétal. Artiste représentatif du Land Art, il utilise des matériaux du milieu naturel et questionne le paysage et les relations qu’entretient l’homme avec son environnement. Avant d’intervenir sur un nouveau site, Thierry prend le temps de connaître l’histoire que le caractérise. 

Thierry Teneul - 2021 from Alain Astruc on Vimeo.

A Caillac, autour du lac et à l'endroit où sera créé le prochain Jardin paysage, l'artiste s'est inspiré de la thématique 2021 du festival Cahors Juin Jardins  - Poétique du Sauvage - pour imaginer une figure végétale monumentale, tripode et composée de bois de noyer taillé localement : Le Kiosque.

Croissance insolente de bois tordu qui de jour en jour envahi l’espace. Labeur perpétuel de l’homme qui taille pour maintenir cet  être infernal. A force de se développer, il épouse les courbes du paysage et en vient à couvrir celui qui le contemple au lieu de le contraindre. Devenu bête monstrueuse, le tripode aux pattes puissantes se met en marche et accompagne l’esprit vagabond de celui qui passe dessous. Kiosque protecteur et inspirant, il concrétise un lieu ouvert à l’expression des sons et des corps. Il détermine un territoire habité par les muses…  (Thierry Teneul)

  • A découvrir à Caillac dès le 4 juin dans le cadre du festival Cahors Juin Jardins
  • Les 12/13 juin, de 15h à 17h, visite accompagnée par les habitants du village


 *Faire Art de Tout Bois est un projet régional d'expérimentation piloté par le PETR  (Pôle d’équilibre territorial et rural du Grand Quercy) en partenariat avec l'association Juin Jardins dans le cadre du parcours des Jardins paysage.

mercredi 2 juin 2021

::: LES EPOUXP DEFIENT LA SURVEILLANCE GLOBALE AVEC DES NICHOIRS :::

Les murs s’écroulent tranquillement et on regarde ailleurs ! Pour Les EpouxP - Pascale & Damien Peyret, la poétique du sauvage, thématique 2021 proposée aux artistes, consiste à transformer les caméras de surveillance en nichoirs à oiseaux et à les installer sur les poteaux des éclairages publics de Cahors. Une façon poétique de pointer les dérives de la surveillance globale dans nos sociétés et les atteintes à nos libertés individuelles.


 

@Alain Astruc - Les EpouxP - Les murs s'écroulent tranquillement

Les murs s’écroulent tranquillement est une installation qui questionnent la place du sauvage dans l’espace public. Elle se déploie discrètement sur les réverbères urbains depuis la place Antonin Bergon et à travers la ville de Cahors.


Les EpouxP - Pascale & Damien Peyret - 2021 from Alain Astruc on Vimeo.

En détournant les dispositifs de vidéo surveillance pour les transformer en nichoirs à oiseaux, Les EpouxP – Pascale & Damien Peyret interrogent la société humaine et ses dérives. Le contre-emploi opère un basculement de perspective sur le vivant. A la liberté des oiseaux, s’oppose le développement de la société de surveillance. A l’effondrement de la biodiversité répond l’effondrement tranquille des murs qui protégeaient notre intimité.

La démarche artistique de Pascale et Damien Peyret s’intéresse aux phénomènes de la mémoire sous toutes ses formes et leurs processus de création participent à la pratique de l’art en commun. Les dispositifs qu’ils mettent en oeuvre activent la prise de conscience personnelle et collective que nos vies sont en permanence observées, suivies, profilées, et que dans ce pistage, nous nous révélons les meilleurs informateurs de nous-mêmes. Les murs s’écroulent tranquillement, qui emprunte son titre à la Page d’écriture de Jacques Prévert, participent à cette démarche.


  • A découvrir dès le 4 juin de 16h à 18h en présence des artistes
  • Vendredi 4 juin, de 19h à 19h30, performance à l'occasion de l'inauguration en facebook Live

::: INAUGURATION DU FESTIVAL EN LIVE LE 4 JUIN SUR FACEBOOK ! :::

Exceptionnellement, l'inauguration du festival Cahors Juin Jardins 2021 se fera en facebook live en raison du contexte sanitaire. Dommage hein?! Alors soyez nombreux à partager cet événement avec nous et promis, l'an prochain, on vous prépare une inauguration festive, gustative, dansante et sans virus! Rejoignez-nous vendredi 4 juin à 19h sur (20+) Inauguration du festival En LIVE le 4 juin sur facebook! | Facebook


@Aurore Valade - Parade

Pas de grand rassemblement, pas de performance dégustative, pas de buvette, pas d'échanges avec les artistes... EH BIEN FIGUREZ-VOUS QUE L'EQUIPE DE CAHORS JUIN JARDINS VA ENCORE VOUS ETONNER ! Vendredi 4 juin, à l'heure où se remplissent les terrasses, nous vous proposons de nous suivre sur facebook live (ce n'est pas incompatible avec les terrasses) pour participer à la performance d'inauguration en présence des artistes et de nos partenaires. Vous découvrirez des rencontres avec les sauvages, une parade de drôles d'échassiers, une danse chamanique car il en faut en ce moment, une lecture, une séance de jardinage, les chimères de Gol3m et des nichoirs à oiseaux qui défient la surveillance globale. Il paraît même que la fédération française des arts (FFA) sera présente pour notre grande fierté. En vrai, ce sera un long plan séquence de cinéma... On vous en dira plus très bientôt!

mardi 1 juin 2021

::: CHRISTOPHE LE GOFF ET L'ESPRIT DU LIEU :::

Dans le cadre de la 16ème édition du festival Cahors Juin jardins, le danseur performeur et chorégraphe Christophe Le Goff est invité à porter la parure du sauvage pour goûter l'esprit du lieu. Genius Loci, c'est le titre de son intervention tout au long du week-end de lancement du festival Cahors Juin Jardins. Et pour se mettre dans l'ambiance, il a proposé un workshop dans la forêt, ouvert aux danseurs amateurs  pour "ne rien produire " mais "pour tout sentir."



Photos@Lorena Calandin

Marcher dans la forêt, frôler les herbes, fermer les yeux et vouloir se frotter aux arbres, sentir la terre, crier. Un abandon du corps et de ce qui retient. Découvrir que c'est plus profond qu'on ne l'imagine et pourtant y aller. Là, dans cette antériorité animale et sauvage qui nous habite depuis des millions d'années et pourtant si enfouie. Personne pour nous regarder, ou si peu. Tant mieux! 

En amont du festival, Christophe Le Goff, danseur, performeur et chorégraphe a offert aux danseurs amateurs un moment en suspens autour du Genius Loci - l'esprit du lieu. C'est aussi à partir de ce in situ qu'il a construit ses interventions dans la ville de Cahors. Pour Cahors Juin Jardins, c'est une première : Accueillir un danseur et construire en mouvement une oeuvre sauvage dans les jardins. La thématique l'a inspiré. "L’homme sauvage est sans limites, étrange et étranger. Etrange étrangeté. Il ne connaît pas les frontières, les barrières, ni les enclos de Jardins. Animal connecté «à la nuit sans fond dont nous provenons» (Quignard), il réveille en nous le vide, le rire et la peur. "explique Christophe Le Goff. 

 


Vêtu d’une parure et d'un masque d'homme sauvage réalisé par la créatrice de costumes Sylvie Durin, Christophe Le Goff, danseur performer et chorégraphe, cherche à Cahors sa montagne et sa forêt pour marcher, danser, méditer, courir à contre-courant de ce qui fait le quotidien des humains. Il explore le Genius Loci partout où il passe et l'exprime par la rencontre d'un corps et d'un lieu. Tantôt méditatif, tantôt espiègle, parfois rugueux et hurleur, parfois visité par l'esprit du lieu, il fait sa mascarade dans les rues de la ville. 
Il convoque l’innocence, la magie et l’animal, le temps minéral et les espaces improbables… (et trouve) les mauvaises herbes et fleurs sauvages entre les pavés. Il y a de "l'organique, de l'étrange, du pulsionnel, du spirituel et du sensible" dans sa démarche qui s'inscrit aussi dans la mascarade carnavalesque du "wilderman", mi homme, mi animal, quittant les bois pour annoncer le changement. 

  • du 4 au 6 juin, performances sauvages dans l'espace public
  • Le 5 juin à 17h au jardin Mauresque - Genius Loci, performance dansée, 
  • Le 6 juin à 17h au Square Olivier de Magny - Genius Loci, performance dansée


::: LBRE ABRI, 9ème COLLABORATION AVEC LE LYCÉE DES TERRITOIRES DU MONTAT :::

Dans le cadre de la 9ème participation au projet artistique et culturel DRAC DRAAF mené avec le lycée des Territoires de Cahors – Le Montat, la paysagiste Christine Martinet et la graphiste scénographe Emmanuelle Sans ont été invitées à sensibiliser les élèves de 1ère GMNF (gestion des milieux naturels et de la faune) et de 1ère SAPAT (aide aux personnes) à la représentation du sauvage dans le paysage naturel et par l’écriture. 




Libre Abri est une oeuvre participative in situ, co-construite en bois local, avec les élèves, l’équipe enseignante, les artistes invitées et l’appui de l’association juin Jardins. Ce fût une expérience très enrichissante de construire ce Libre Abri à travers un projet qui se voulait avant tout participatif, explique Christine Martinet, architecte paysagiste.  

Au fur et à mesure de l’élaboration du projet et des rencontres avec les élèves et leur enseignante Lucile Raynaud, une réflexion autour de l’abri et du symbole primitif a émergé comme représentation du sauvage. Nous sommes partis d’un « nuage de mots », une technique souvent très efficace pour faire émerger des notions, des idées qui allaient façonner notre projet commun. Les élèves ont été invités à s’exprimer autour de la thématique du « sauvage » avec une grande liberté d’expression, poursuit Christine Martinet. Pas à pas, au fil des ateliers, des mots, des formes, des dessins puis des maquettes, l'installation in situ s'est dessinée, accordant au paysage dans lequel elle allait se fixer une place primordiale: l'étang, la faune et la flore. Puis l'écriture et les symboles primitifs, traces préhistoriques du temps, du sens et de la mémoire ont gravé le bois. 



Christine Martinet avec les élèves du Montat - photo @Emmanuelle Sans


Même lors de la phase de « construction », chacun était invité à donner son avis, prendre du recul pour mieux appréhender l’esthétique générale et initier d’éventuelles modifications.

Dôme géodésique ouvert sur le paysage, Libre Abri ressemble à un espace refuge, ancré dans le paysage, entouré de sa faune bruyante et de sa flore sauvage, accueillant les mots des élèves sur ses branches comme une offrande. Un lieu de méditation.


  • Libre Abri, à découvrir les 5 et 6 juin, de 15h30 à 17h en présence des artistes, au Lycée des Territoires de Cahors - Le Montat

lundi 31 mai 2021

::: GOL3M, LA FANTAISIE AU PAYS DES MERVEILLES :::

Dans le cadre de la 16ème édition du festival Cahors Juin Jardins, Gol3m a imaginé une fiction autour de l’homme sauvage, figurée par le Daemon. Installé dans le hall du Chai à Cahors, il occupe tout l'espace d'une installation où le queer et le fantastique illuminent l'espace de peintures, de prints, de céramiques et autres fantaisies.


@Golem - Speranza

«Trois hommes cherchent l’animal. Le premier monte dans un grand arbre noir et pèle une orange. Le second glisse nu dans la boue bleue et bêle. Le troisième s’envole sur la plume rouge de l’Oiseau Formidable. Après avoir franchi le pont rocailleur (gardé par le Gol3m de l’enfance et de l’imaginaire!), ils se retrouvent au propre, dans le creux chaud des Mégamontagnes. C’est ici, dans l’obscurité, que dort l’animal…. » . 

Dans l'univers étrange et festif de Gol3m, les licornes sont roses aux yeux bleus, les volcans ont de longs sourcils et les chats fument la pipe. Et rien ni personne ne semblent s'en offusquer. Il y a de l'enfance et du conte de fées aguicheuses, du genre et du métissage, de la chimère au pays des merveilles, des références poétiques et de la provocation malicieuse chez Gol3m. On aimerait rentrer dans ses grandes fresques murales pour faire la fête avec ses habitants!

Peintre touche à tout, il expérimente différents formats tels que la sérigraphie, la peinture numérique ou la peinture sur bois, que l'on retrouve dans son exposition au Chai, avec une prédilection pour les grandes fresques murales. On découvre des personnages fantastiques avec une dimension Queer, rappelant l'art collectif queer "General Idea" actif dans les années 1970.  

@Gol3m - Licorne

Le bestiaire mythologique, l’univers de la sorcellerie, les personnages fantastiques, les chimères et sorcières, hybrides mi-humain mi-animal, sont les compagnons de route de Gol3m. Le végétal et l’animal occupent les pleins et les vides de ses dessins, laissant une place au sauvage, à la transe et à la danse. Les formes sont brutes et courbes, les couleurs vives et souvent primaires. C’est une fête à laquelle nous convie Gol3m. 

  • Daemon, le Chai à Cahors, du 4 au 30 juin 2021
  • Le 4 juin, de 10h à 11h et de 11h15 à 12h15, visite accompagnée pour les scolaires
  • Le 4 juin, de 14h à 17h, signatures de prints en présence de l'artiste


samedi 29 mai 2021

::: YVONNE CALSOU, DANS SES BRAS AU FIL DU TEMPS :::

Pour cette 16ème édition du festival Cahors Juin Jardins, Yvonne Calsou est invitée à créer une oeuvre in situ, Dans ses bras, ombre portée d'un arbre au sol et en façade près du pont Valentré. Cette création s'inscrit dans le cadre d'une collaboration avec le Centre d'art Caza d'Oro au Mas d'Azil (Ariège) avec lequel l'association Juin Jardins partage l'intérêt pour le paysage et le sauvage. 



@Alain Astruc - work in progress Yvonne Calsou

Réalisée dans le jardin de la petite maison qui jouxte le pont Valentré, cette œuvre éphémère joue avec l'ombre, la lumière, le temps et simplement deux matériaux: le fusain pour l'ombre noire portée sur les murs et la chaux agricole pour le dessin blanc au sol. Avec une économie de moyens revendiquée, Yvonne Calsou invente une ombre imaginaire qui serait celle de l'unique arbre du jardin quand il aurait pris tout son essor. Acte poétique et modestie des matériaux s'unissent pour créer une oeuvre qui disparaîtra comme elle est venue, discrètement, au fil du temps, sans laisser de trace sinon le souvenir d'une ombre peut-être rêvée. 

Le point de départ de ce projet : la villa aux volets fermés qui jouxte le Pont Valentré, explique Yvonne Calsou.. Côté rue, c’est une villa inhabitée. Coté Lot, au pied du pont, posée sur un gazon bien entretenu, elle semble plutôt assoupie. Au fond de la parcelle, un arbre partage sa solitude. Et de rêver, puisque les arbres ont la particularité de croître quasi éternellement, qu’un jour son ombre rejoindra la villa et l’embrassera de toute sa hauteur. 

@Yvonne Calsou - Chambre claire - Caza d'Oro

Yvonne Calsou est une artiste multidisciplinaire. Elle explore le dessin, la photographie, la vidéo, le son, les installations en se basant sur le principe d’une économie des moyens, utilisant des matériaux modestes et sobres. Elle confronte les lieux insolites avec l’art pour en révéler un point de vue nouveau, une dimension plus mystérieuse. 

Invitée pendant le festival Cahors Juin Jardins, elle poursuit à Cahors, une réflexion amorcée au centre d'art Caza d'Oro (Mas d'Azil - Ariège), avec notamment une série de dessins sur calque représentant une version du paysage d'un romantisme gothique et ardant.

  •    Dans ses bras, Maison jouxtant le pont Valentré à Cahors, du 4 au 30 juin 2021. 
  •    Chambre Claire - Caza d'Oro, Mas d'Azil, avril à juin 2021